Stop-sante.com

Troubles du sommeil : les points à connaître

  • Patrice
  • 29 mai 2017

Une bonne nuit de sommeil n’est pas toujours une aubaine pour tout le monde. Insomnie, décalage horaire, ronflement, cauchemar, voire somnambulisme… sont autant de formes de troubles du sommeil aussi fatigants que désagréables.

Troubles du sommeil : quèsaco ?

Il s’agit d’un ensemble de troubles qui altèrent de façon différente le processus normal du sommeil. Notons que diverses successions de cycles constituent le sommeil :

  • Le sommeil lent

Il se divise en quatre phases, dont les deux premiers se réfèrent au sommeil dit « léger », et les deux autres au sommeil « profond ».

  • Le sommeil paradoxal

:
Cette phase se caractérise généralement par une activité cérébrale plus forte durant laquelle les rêves surviennent.

Les principaux troubles du sommeil

On distingue principalement trois types de trouble du sommeil :

  • La dyssomnie

On dit qu’un sommeil est récupérateur si seulement si une personne a suffisamment et profondément dormi. En revanche, on parle d’une dyssomnie lorsqu’un ou des troubles vient altérer la qualité ou la durée du sommeil. Parmi ces derniers figurent par exemple les insomnies d’ordre psychologique, les insomnies secondaires dues à la consommation exagérée de certaines substances telles que médicaments, alcool, cigarettes, drogues… Certaines personnes qui séjournent en haute altitude peuvent également souffrir d’insomnies d’altitude, mais la dyssomnie peut se présenter sous d’autres formes comme la narcolepsie, une maladie caractérisée par des excès de sommeil.

  • La parasomnie

Elle est souvent causée par des évènements agités qui altèrent le sommeil et se caractérise par des comportements inhabituels. Son origine peut être pathologique, physiologique ou psychologique. Par exemple, on peut citer le bruxisme nocturne, les apnées du sommeil, la terreur nocturne, le somnambulisme…

  • L’hypersomnie

Pour avoir un sommeil récupérateur, il faut dormir 8 heures par nuit en moyenne, mais cette durée varie d’un individu à l’autre. Les individus atteints de l’hypersomnie dorment 10 heures par nuit au minimum et succombent facilement à plusieurs périodes de somnolence en journée, également appelée somnolence diurne. À titre d’exemple, il y a la fatigue chronique, le trouble du rythme circadien, le ronflement, etc.

About Patrice