Stop-sante.com

La dépression chez les jeunes : une fatalité ou un état passager ?

La dépression est une pathologie alarmante à laquelle sont confrontées 8 % des jeunes. Souvent confondue avec une déprime ou une crise d’adolescence, l’identification de ses symptômes n’est pas toujours évidente.

Quels sont les facteurs de la dépression chez les adolescents ?

En tant que maladie dégénérative, les origines de la dépression sont nombreuses et variables. Elles sont généralement liées à l’environnement socio-éducatif de l’adolescent. En effet, le poids et les charges quotidiennes telles qu’une conjoncture familiale difficile ou une situation scolaire pesante sont des facteurs pouvant provoquer les cas de dépressions. Il en est de même pour les évènements difficiles comme la perte d’un être proche, la solitude, une peine d’amour ou un traumatisme causé par le divorce des parents, un accident, etc. L’accumulation de tels évènements sans le soutien de son entourage est un risque majeur qui peut causer de la dépression chez un adolescent.

Peut-on prévenir les cas de dépressions chez les jeunes ?

Il est tout à fait possible de limiter le risque d’épisode dépressif caractérisé (EDC) chez un adolescent. Pour cela, il faut créer un univers familial stable et éviter tout traumatisme et toute violence au sein du cadre familial. En effet, bien que vivre des expériences difficiles soit inéluctable dans la vie d’un ado, le sentiment de soutien familial permanent lui serait d’une grande aide et lui permettra de les affronter en toute quiétude.

Quels sont les traitements disponibles en cas de dépression chez les ados ?

La dépression est une maladie qui doit être prise en charge rapidement pour éviter tout risque d’aggravation. Il existe trois niveaux de traitements en fonction de la gravité de la situation de l’adolescent. Le premier est l’établissement d’un diagnostic chez un médecin généraliste et la prise en charge du patient. C’est un traitement psychothérapique qui inclut patient et entourage. Ensuite, recourir à l’usage de médicaments pour accompagner le processus de psychothérapie peut aussi être utile. L’objectif étant le renforcement de la thérapie si les symptômes de dépression persistent. Et enfin, dans un cas extrême, le troisième niveau consiste à l’hospitalisation de l’adolescent sur seul avis d’un (pédo) psychiatre.

About admin